La mairie

Pour contacter la Mairie :

Ouverture au public :

lundi 9h00 – 12h00

jeudi 9h00 – 12h00

vendredi 9h00 – 12h00

le premier samedi du mois de 9h00 à 12h00 sur rendez-vous

Contact :

Tél. : 04 75 37 90 11

Mail : contact@lasouche.fr

L’équipe des employés municipaux est composée de sept personnes :

Nicolas Comfort (employé municipal)

Damien Croze (employé municipal)

Sophie Fajardo (employée municipale)

Florence Grel (secrétaire de mairie)

Sandrine Roux (assistante administrative)

Laurence Vachaudez (assistante maternelle)

Pierre-Marie Velay (employé municipal détaché à l’agence postale)

Les activités économiques

Produits alimentaires et gustatifs

Le Boulou
Bar/restaurant.
Ouverture tous les jours sauf le mercredi de 7h30 à 14h30 et à partir de 17h30 (ouverture le soir uniquement du jeudi au dimanche). Cuisine familiale le midi – menu à 13€ (entrée, plat principal, dessert ou fromage, café). Pizzas le samedi soir (réserver de préférence).

Quartier Le village 07380 La Souche – Tél : 04 75 88 10 56 / 06 17 24 89 64

 

SOPPREG
Confiturerie et biscuiterie. Fabrications artisanales.
Accueil : lundi au jeudi de 8h00 à 12h et de 14h à 17h30 / vendredi
de 8h à 12h
Visites le vendredi à 14h sur rendez-vous
La Chareyrade 07380 La Souche – Tél : 04 75 37 41 17 / 06 80 40 21 35

Vival
Épicerie, produits régionaux, pain et viennoiserie, presse, gaz.
Ouverture : mardi au samedi de 7h30 à 12h30 et de 16h30 à 19h30 / dimanche de 7h30 à 12h30
Juillet et août : ouverture 7/7 de 7h30 à 12h30 et de 15h30 à 20h
Quartier Le village 07380 La Souche – Tél : 04 75 88 51 89


Agriculteurs / éleveurs

Bertrand Martine – Elevage de brebis pour la viande – Aiguebonne – 07380 La Souche

La Clémenterie
La Clémenterie est une ferme associative autogérée. Culture maraîchère et fruitière, transformation des produits, confitures, sirops, pain. Vente à la ferme, les mardis et vendredis au marché de Jaujac, les samedis d’octobre à mai au magasin de producteurs du col de la Chavade.
Possibilité de visiter la ferme sur rendez-vous et woofing.
La Clémenterie – 07380 La Souche – Tél : 04 75 37 26 33 – laclementerie@mailoo.org – site internet : la-clementerie.revolublog.com/

Costes Cécile – Elevage de brebis pour la viande bio – Peyregrosse – 07380 La Souche

Croze Claude – Elevage de brebis pour la viande – Figier – 07380 La Souche

Cubizolle Monique – Elevage de brebis pour la viande – Bazendès – 07380 La Souche

Gonthier David – Maraîchages, petits fruits, châtaignes, jus de fruit, production bio – Chaussadès – 07380 La Souche

Ledunois Adrien – Elevage de chèvres, fromage bio – La pauze – 07380 La Souche

Ferme du Mas Crespin
Charbonnier Céline
exploitation bio Framboises ; châtaignes pourettes A.O.C. et bouches rouges A.O.C. ; caissette de viande d’agneau (entier ou demi) ; agneau entier non découpé pour méchoui ; agneaux et agnelles de renouvellement. Vente à la ferme sur rendez-vous.
Le Mas Crepin – 07380 La Souche – Tél : 04 75 37 92 72 – Email : lemascrespin@free.fr

Le Safran des Monts d’Ardèche
Marja et Hervé Delon – Production de safran
Vente de safran en filaments et produits dérivés à base de safran : confitures, sirops, veloutés, sauces, vinaigre, pâtes artisanales.
Producteur et transformateur de châtaignes.
Production en vente au magasin Vival de la Souche, au marché de Jaujac, de Thueyts et au marché d’Aubenas l’hiver
Le Mas du Val – Grandval 07380 La Souche – Tél : 04 75 37 93 40

Schenck Fabien – Châtaignes AOP, fruits rouges bio – Quartier Rabeyriol – 07380 La Souche

petits-fruits-rouges


Bâtiment : gros oeuvre et second oeuvre

Thomas Albaladejo– Installation électrique, rénovation
Quartier Chareyrade 07380 La Souche – Tél : 06 07 81 91 59

Jean-Marie Chanial– Petite maçonnerie, entretien, rénovation
Quartier Village 07380 La Souche

Pierre-Marie Velay – Installation sanitaire
Tél. : 06 73 16 05 18


Entretien des jardins et forêts

Jacob Costes – Élagage et abattage délicat d’arbres, débroussaillage
Tél. : 04 75 37 94 72

Les associations

Amicale Laïque

L’amicale laïque a vocation à récolter des fonds pour financer des sorties culturelles, pédagogiques et sportives pour les enfants de l’école. À cette fin, elle organise tout au long de l’année scolaire des manifestations ouvertes à tous (ex. loto, belote, kermesse…).

Contact : Marie-Joëlle Bonin (Présidente) : 04 75 37 06 46 – amicale.lasouche@laposte.net

Les Amis du Brouty

Cette association s’occupe d’organiser un point d’accueil et de ravitaillement pour les coureurs cyclistes lors de l’Ardéchoise au lieu-dit Le Brouty.
Chaque année, l’association crée une animation autour d’un thème, avec costumes de paire, et offre aux coureurs un ravitaillement composé de vivres faits maison.

Contact : Alain Reboul (Président) : 04 75 37 91 25

Les Amis de l’église de Saint-Sauveur

Son rôle est de venir en soutien de la mairie pour l’entretien du bâtiment, propriété de la commune. Depuis sa création en 2008, l’association a changé les vitraux de l’église, cassés après des actes de vandalisme. Prochainement, elle va initier un chantier pour mettre à sec les murs intérieurs afin de réduire le salpêtre. Elle compte à ce jour soixante adhérents.

Contact : Marcel Perez-Cano (Président) : 04 75 37 93 09

Association Arlequin

L’association propose des ateliers d’expression théâtrale pour enfants, adolescents et adultes. En 2018-19, les cours ont eu lieu le lundi : de 17 à 18h pour les enfants en primaire à partir de 4 ans, de 18h à 19h pour les adolescents de la 6e à la Terminale, et de 19h à 20h pour le groupe d’adultes. Appel est lancé aux hommes ainsi qu’aux ados désireux de monter sur les planches pour compléter la compagnie !

Contact : Annick Blaise (Présidente) : 04 75 88 54 92

Association la Clémenterie

La ferme collective autogérée La Clémenterie allie des activités agricoles et de transformation en confitures, sirops, produits de la châtaigne (point de vente à la ferme sur appel), accueille toute l’année des stagiaires et organise régulièrement des chantiers participatifs.

Contact : Julie Watrin : 04 75 37 26 33 – laclementerie@mailoo.org
site internet : la-clementerie.revolublog.com/

Association communale de chasse agréée

L’association compte soixante-dix adhérents sur la commune, répartis en trois équipes différentes. La période d’ouverture de la chasse débute le 2ème week-end de septembre et court jusqu’au 2ème week-end de janvier, les battues sont organisées les jeudi, samedi et/ou dimanche.
Les sangliers et les chevreuils constituent les principales prises. De 250 sangliers chassés en 1995, l’association est passée à 140 prises en 2013.

Contact : Bernard Vignal (Président) : 04 26 62 20 23

Association culturelle souchoise

L’association existe depuis six ans et a pour objectif de proposer une animation sur le village, par l’organisation de bals (quatre par an), ainsi qu’un concours de belote (en octobre). Son président aimerait proposer aux autres associations de la Souche qui partagent les mêmes objectifs une discussion sur l’intérêt de rassembler les forces et les projets.

 Contact : Albert Gay (Président) : 07 70 54 26 20

Les Enfants et Amis de Saint-Louis

Créée en 1960, l’association s’occupe de l’entretien et de la rénovation de l’église de Saint-Louis. Les petits travaux sont effectués directement par les bénévoles. Parmi ceux déjà effectués, les peintures, les joints extérieurs ainsi que la restauration de la voûte qui, elle, a nécessité l’intervention de professionnels.
À venir : rejointer les murs extérieurs du cimetière, finir le mur de la place de l’église, envisager des travaux sur la toiture.

Contact : Roland Bertrand (Président) : 06 14 46 52 84

Génération Mouvement, les Jalines (les Aînés ruraux)

L’association des Aînés ruraux s’appelle désormais Générations mouvement, les Jalines. Elle regroupe des retraités mais est aussi, dorénavant, ouverte aux plus jeunes, afin de contribuer au maintien d’un lien social sur le village. Pour ce faire, elle organise des rencontres régulières autour d’une partie de cartes (belote et coinche sont les plus jouées), mais aussi un voyage chaque année (le prochain aura pour destination Narbonne) ou encore l’organisation de la fête de la Saint-Jean.

Contact : Bernard Vignal (Président) : 04 26 62 20 23

Rando la Souche

L’association organise toute l’année des randonnées sur les chemins de nos collines ardéchoises en prenant le temps d’apprécier une grande variété de paysages.
C’est toujours dans une ambiance joyeuse, relaxante que les membres de l’association aiment se déplacer dans les magnifiques paysages que nous offre Dame Nature…
Aussi, si le cœur vous en dit, venez avec nous marcher tous les lundis après-midi (en été le lundi matin), et une fois par mois en journée le dimanche.

Contact : Bernard Blaise, 04 75 88 54 92

 

Le Violon des Ruisseaux

http://le-violon-des-ruisseaux.blogspot.com/

Contact : Charles Balmas, 06 11 77 35 85 – charles.balmas11@orange.fr

convention-de-pret-de-materiel-cdc

cr-de-la-reunion-des-associations-du-3-novembre-2016

Patrimoine naturel

De la vallée du Lignon aux sommets du Tanargue, la commune de La Souche offre des patrimoines naturels très riches.

En fond de vallée, le Lignon est une rivière encore sauvage dont la qualité de l’eau est préservée : la présence de la loutre, du castor, du cincle plongeur, de la bergeronnette des ruisseaux, de l’écrevisse à pieds blancs sur certains affluents, du chabot et de la truite en témoigne.
le-lignon-photo-nicolas-dupieux
D’apparence paisible au printemps et durant l’été, il peut se transformer en un torrent indiscipliné lors des épisodes cévenols : la plus grande prudence est alors de mise face aux crues du Lignon et de ses affluents.
loutre-photo-nicolas-dupieux

Sur les rives du Lignon et les premières pentes, des prairies de fauche de basse altitude sont encore pâturées par des troupeaux de moutons. La flore et la faune liées à ces pratiques agricoles sont très riches : orchidées, papillons, criquets, sauterelles etc.
prairie-photo-nicolas-dupieux
Quelques vergers de fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers) sont présents : ils témoignent d’une activité agricole passée. Ces variétés anciennes dont les qualités gustatives sont reconnues participent à la richesse du patrimoine naturel. Des pépiniéristes de la région disposent dans leur catalogue de ces variétés traditionnelles qui peuvent ainsi être replantées sur la commune et sauvegardées.

En remontant sur les versants, de nombreux aménagements ont été réalisés par des générations d’habitants pour vivre sur la pente :

  Des béalières (canaux d’irrigation) ont été creusées ou construites par les agriculteurs pour irriguer les près et vergers. Un réseau important de canaux, sources captées, mares existe : il a longtemps permis d’irriguer les cultures et de mieux gérer la pénurie d’eau estivale et les trop-pleins des précipitations automnales. Dans ces zones humides, salamandres, crapauds, etc. trouvent des conditions favorables à leur installation.
salamandre-photo-nicolas-dupieux
Certaines béalières sont maintenues en fonctionnement sur la commune, certaines ont été récemment restaurées pour des cultures maraichères ou fruitières.
papillon2-photo-nicolas-dupieux

  De nombreuses terrasses en pierre sèche trament les paysages : elles offrent le gîte à de très nombreuses espèces : insectes, petits rongeurs, lézards, etc. apprécient ces refuges.
Au-dessus du village, le chemin dit « des endettés » permet de se promener le long de ces murailles en pierre sèche, de découvrir d’anciennes béalières et une calade traditionnelle pour redescendre au village.
lezard-photo-nicolas-dupieux
Sur ces pentes, le châtaignier règne : de nombreuses variétés de châtaignes sont présentes sur la commune, la plus savoureuse étant sans doute « la pourette ». La récolte des châtaignes est un moment fort dans l’année. Pour maintenir et développer cette culture traditionnelle, des actions sont actuellement conduites avec le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche pour rénover les châtaigneraies (campagne d’élagage par exemple).
chataigniers-photo-nicolas-dupieux
La châtaigneraie est un espace de production agricole, c’est aussi un milieu naturel très riche : oiseaux cavicoles (mésanges, sittelles, gobe-mouches noirs, pics, chouettes…) et chauves-souris par exemple peuplent ces espaces, de nombreux insectes dits « saproxyliques » (vivant dans le bois mort) sont également présents. Peut-être y aurez-vous la chance de surprendre la Genette, petit carnivore proche des félins aux activités nocturnes, animal symbole des Monts d’ Ardèche ?

Plus haut en altitude, à l’ubac, la châtaigneraie laisse la place à la forêt : hêtres, douglas et sapin colonisent les versants. A l’adret, elle laisse place aux landes à genêts. Le relief escarpé est le témoin d’une longue histoire géologique où les montagnes ardéchoises n’avaient rien à envier aux sommets himalayens (www.geopark-monts-ardeche.fr).
Le Mont Aigu est un élément géologique imposant marqué par des éboulis impressionnants. Autour de lui, une Réserve Biologique Intégrale a été mise en place par l’ONF : elle témoigne de la présence d’un patrimoine naturel exceptionnel. Cet espace est laissé en libre évolution sans intervention humaine (la randonnée est possible sur les sentiers balisés, la chasse est autorisée, aucune autre intervention humaine n’est autorisée).
foret-ancienne-du-tanargue-photo-nicolas-dupieux
Au sommet du Tanargue, les estives regroupent chaque été de nombreux troupeaux de moutons. Les landes à myrtilles sont exploitées.
Dominant ces espaces, vous pourrez avoir la chance d’observer le vol de l’aigle royal ou celui du vautour fauve, deux espèces rares et remarquables par leur envergure.

Deux espèces soulèvent de nombreux débats

  Le loup est présent depuis quelques années en Ardèche. Il est suspecté d’avoir attaqué certains troupeaux. D’importants efforts doivent être engagés pour assurer la compatibilité entre le loup et l’élevage qui est une richesse pour la commune.

  Le sanglier s’est fortement développé depuis les vingt dernières années. Il occasionne de très nombreux dégâts dans les forêts, les cultures et les jardins.

Le patrimoine naturel, c’est aussi une nature au quotidien à connaître, préserver et valoriser.

L’école de La Souche est exemplaire : les élèves et leurs enseignants ont installé un hôtel à insectes dans la cour de l’école. Des nichoirs sont également installés sur l’école, une webcam permet aux élèves de suivre la nidification.
mesange-bleue-photo-nicolas-dupieux
Planter des essences locales favorables à la faune dans les jardins ou les haies de clôtures (sans mur bétonné), semer des fleurs annuelles mellifères, laisser un petit coin du jardin évoluer naturellement, installer des refuges à hérisson, des nichoirs à passereaux, hirondelles ou chauves souris, et bien entendu bannir pesticides et engrais chimiques…
Chacun peut agir chez lui ou autour de chez lui pour favoriser la biodiversité (des conseils dans ce domaine sont proposés par le Parc des Monts d’Ardèche dans le cadre de l’opération « Accueillons la nature au jardin ! »
www.jardins.pnrma.fr

Photos fournies gracieusement par Nicolas DUPIEUX.

Localisation

La Souche est une commune de la Cévenne ardéchoise située à 16 kilomètres d’Aubenas et à 46 kilomètres de Langogne. Les habitants de la municipalité s’appellent les souchois et les souchoises.

Administrativement, la localité fait partie du canton de Thueyts, lui-même compris dans le département de l’Ardèche, en région Rhône-Alpes. La municipalité est adhérente à la communauté de communes Ardèche des Sources et Volcans depuis sa création en 2014.

La Souche fait partie du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche et dispose d’un espace naturel préservé avec notamment la présence de plusieurs zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

La carte ci-dessous est obtenue à partir du nom de la commune, de son code postal et de ses coordonnées.

Carte d’identité de la commune

Démographie (Sources Insee 2011)

En 2011, l’Insee a recensé 356 habitants : 15,4% ont entre 0 et 14 ans, 9,8% entre 15 ans et 29 ans, 36,2% entre 30 ans et 59 ans, 38,4% au-delà.
La situation est stable depuis 2006. mlkmjkmjkjkmjk
La Souche est faiblement peuplée : 11,1 habitants au km2.

Nombre d’actifs Avec emploi Chômeurs Retraités Autres inactifs
74,2% 62,9% 11,3% 12,9% 8,2%

(Source wikipedia)

Étymologie

Le nom de La Souche proviendrait de l’époque médiévale où le lieu comprenait des charbonnières issues des nombreuses souches d’arbres parsemant les environs, dont une particulièrement volumineuse. Le charbon de bois en étant tiré était nommé provenant « de la souche ». La première mention, datée de 1173, est précisément « Zocha », puis « Sochia » au début du XVIe siècle. Depuis, le terme s’est progressivement déformé en « Lasouche », attesté en 1793, puis rapidement en « La Souche » en 1801, dénomination qui s’est finalement imposée à toute la haute vallée du Lignon en amont de Jaujac. Une autre hypothèse pour l’origine toponymique de la localité découle du terme occitan « Sotcha » qui désigne dans le parler cévenol la vigne.
Les nombreux hameaux et lieux-dits de la municipalité portent parfois le nom de ruisseaux coulant à proximité, comme « Croze » ou « Peyreplane », ou bien encore le nom de sommets environnants.

p1080563-bd

Géographie

La Souche est une commune de la Cévenne ardéchoise située à 16 kilomètres d’Aubenas et à 29 kilomètres de Langogne. Les habitants de la municipalité s’appellent les souchois et les souchoises.

Administrativement, la localité fait partie du canton de Thueyts, lui-même compris dans le département de l’Ardèche, en région Rhône-Alpes. La municipalité est adhérente de la communauté de communes Ardèche des Sources et Volcans depuis sa création en 2014.

La Souche fait partie du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche et dispose d’un espace naturel préservé avec notamment la présence de plusieurs zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

Le territoire municipal présente une flore et une faune variée, comptant des espèces endémiques des Cévennes. La Souche possède la source du Lignon, cours d’eau affluent de l’Ardèche. La commune connait un climat typiquement cévenol caractérisé par des cumuls annuels de précipitation parmi les plus hauts de France métropolitaine, supérieurs à 2 000 mm par an en moyenne. Elle jouit d’un bel ensoleillement ; en été, les nuits apportent généralement une fraicheur qui repose de la chaleur des journées estivales.

La population souchoise, après avoir subie un intense exode rural tout au long du XXe siècle, progresse régulièrement depuis les années 1990. La Souche est une localité restant partiellement à orientation agricole, mais elle connait depuis l’après-guerre une transformation progressive en lieu de villégiature estivale, grâce à l’émergence du tourisme vert et à la protection naturelle dont bénéficie son territoire communal. L’activité touristique profite également de l’enneigement hivernal avec la présence de la station de ski de la Croix de Bauzon.

La majorité des habitations de la commune (54,2 %) sont des résidences secondaires, ces dernières n’étant habitées que quelques semaines par an, principalement l’été. 7,1 % des logements sont vacants et seulement 38,7 % des logements sont occupés à titre de résidence principale. Comme souvent dans les zones rurales, la quasi-totalité des logements (95 %) sont des maisons individuelles. La part des ménages propriétaires de leur résidence principale est très forte : 79,1 %, soit bien plus que la moyenne départementale (66 %) et nationale (59,5 %). En termes de niveau d’ancienneté des logements sur la commune, les habitations de La Souche apparaissent comme anciennes. Le parc de logements de la localité offre une grande superficie puisqu’en moyenne les appartements souchois possèdent 3,7 pièces et les maisons 4,5 pièces.

Histoire

Après la chute de l’Empire romain, aux Ve et VIe siècles, le territoire correspondant à l’actuelle Ardèche se trouvait sous la suprématie des Burgondes, peuple d’origine germanique. La zone fut intégrée au diocèse de Viviers durant le IXe siècle, à la suite d’un don d’un notable local. La Souche est devenue une paroisse autonome au milieu du XIVe siècle et était rattachée sous l’Ancien Régime à la province du Vivarais. Cette dernière fut incorporée en 1271 dans le Languedoc, comme le Gévaudan et le Velay. La commune était sous domination de la famille Montlaur lors de l’indépendance de la municipalité.

Durant les guerres de religion, et contrairement à la majorité des Cévennes et du Vivarais, La Souche resta catholique, ce qui mit la commune à la merci des troupes huguenotes. La province du Vivarais fut de manière plus globale fortement impactée durant tout le XVIIe siècle par ces événements, avec notamment le siège de Privas en 1629, les dragonnades (1683) dans les communes protestantes voisines de La Souche et même des massacres de civils. Les derniers soubresauts datant du début du XVIIIe siècle, avec la guerre des camisards, dans toute la zone des Cévennes. Le Tanargue a connu aussi l’épisode de la bête du Gévaudan dans les années 1760, la première victime ayant été tuée à l’ouest du massif. La Révolution se déroula par contre sans incident notable, les objets et livres anciens provenant de l’église étant notamment mis en sécurité.

La Souche rejoignit le département des « Sources de la Loire » lors de sa création le 4 mars 1790, intégrant le district du Tanargue. Le village fut dévasté à de nombreuses reprises par les crues du Lignon au cours du XIXe siècle, lors d’épisodes cévenols, notamment en 1840 et 1856. En septembre 1890 surtout, la crue emporta l’école et la mairie du village, la montée des eaux entrainant également la perte irréversible des terres agricoles situées dans le lit majeur du Lignon, à cause des blocs de granite, pesant parfois plusieurs tonnes, déposés sur les champs. Vingt-trois maisons au total furent emportées par les flots lors de cet épisode cévenol de survenance millennale, où on estime qu’il est tombé environ 950 mm d’eau en cinq jours sur la commune. Depuis, les habitations de la commune ont été construites dans des zones non-inondables.

Dès la deuxième partie du XIXe siècle, la commune vécût comme toute la zone des Cévennes un fort exode rural. Les maladies frappant les châtaigniers et mûriers comme la maladie de l’encre et la pébrine provoquèrent une perte massive d’emplois agricoles. Les actifs émigraient essentiellement vers les grandes villes à la recherche de travail industriel, surtout vers Lyon, Saint-Étienne et Marseille. La Première Guerre mondiale tua de nombreux hommes du village au front et mit encore plus à mal la démographie communale durant l’Entre-deux-guerres. Après la Seconde Guerre mondiale, La Souche continua à subir continuellement une diminution de population, celle-ci passant de 617 habitants en 1946 à 288 habitants en 1990.
Depuis, la commune connaît une légère mais régulière hausse de sa population en raison du processus de périurbanisation d’Aubenas, mais aussi grâce à l’activité touristique et à la qualité de son cadre de vie.

Les structures intercommunales

La commune de La Souche est membre des structures intercommunales suivantes :

  • La communauté de communes Ardèche des sources et volcans
    logo
    La Communauté de Communes « Ardèche des Sources et Volcans » correspond à un territoire de pentes situé au cœur de la Cévennes Ardéchoise sur la Vallée de l’Ardèche, du Lignon, de la Fontaulière et de la Bourges, au centre du Parc Naturel Régional des monts d’Ardèche.
    Elle regroupe 16 communes : Barnas, Burzet, Chirols, Fabras, Jaujac, Lalevade-d’Ardèche, La Souche, Mayres, Meyras, Montpezat-sous-Bauzon, Pereyres, Pont-de-Labeaume, Prades, St-Cirgues-de-Prades, St-Pierre-de-Colombier, Thueyts.
    Ces communes se sont regroupées pour conduire des projets à une échelle intercommunale :
    Un fonctionnement quotidien

      Administration quotidienne (4 salariés)

      Collecte ordures ménagères sur les dix communes (11 salariés)

      Office de Tourisme Communautaire à Neyrac et Jaujac (4 salariés)

      Service Centre de Loisirs Communautaire à Fabras et Service Crèche Intercommunautaire à Lalevade et au réseau d’assistantes maternelles RAM (16 salariés)
    Des investissements structurants

      Maison de Santé Jaujac avec 13 professionnels de la santé et 8 logements séniors locatifs à loyers modérés

      logements locatifs à loyers modérés et un point service santé sur St Pierre de Colombier

      Réalisation d’un local supra communautaire pour le service collecte des ordures ménagères à Fabras

      Participations aux travaux de voiries des communes
    Un soutien aux manifestations d’intérêt communautaire et aux activités touristiques.
    statuts-de-la-cdc-au-20-11-2014

Site officiel administratif: www.asv-cdc.fr
Site officiel touristique: www.ardechedessourcesetvolcans.com

  • Le Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche (PNR MA)
    Le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche (PNR) a été créé pour protéger et mettre en valeur l’espace rural des Monts d’Ardèche. Il est fondé sur la protection et la valorisation de son patrimoine naturel et culturel et favorise dans ce cadre des actions de développement économique.
    La Maison du Parc située sur le domaine de Rochemure à Jaujac est ouverte au public du 14 juin au 21 septembre 2014 (expositions et animations). Un parcours d’interprétation présente le Parc des Monts d’Ardèche et ses actions (parcours libre, accessible toute l’année).
    [www.pnrma.fr->www.pnrma.fr]
    [www.geopark-monts-ardeche.fr->www.geopark-monts-ardeche.fr]
    [www.jardins.pnrma.fr->www.jardins.pnrma.fr]
  • Le Pays de l’Ardèche méridionale
    Le Pays de l’Ardèche méridionale est un espace de coopération, qui fédère les 14 Communautés de communes du sud de l’Ardèche autour d’un projet de territoire ambitieux et durable.
    le Pays de l’Ardèche méridionale gère une enveloppe financière issue de la Région Rhône Alpes à destination de projets locaux en cohérence avec les enjeux du territoire.
    [www.pays-ardeche-meridionale.net->www.pays-ardeche-meridionale.net]
  • Le Syndicat Départemental d’Energies de l’Ardèche (SDE07)
    Le SDE 07 a pour action principale les renforcements et l’extension des réseaux électriques. L’enfouissement des réseaux est également une compétence du SDE 07 (sécurisation et amélioration paysagère).
    Le SDE 07 intervient également au service de la MDE (Maîtrise de la Demande en Électricité) : actions de sensibilisation, réunions d’informations, campagne de diagnostics énergétiques…
    Le gaz dans un premier temps, puis les énergies renouvelables (bois-énergie, photovoltaïque) sont progressivement venus compléter les domaines de compétences du SDE 07.
    [www.sde07.com->www.sde07.com]
  • Le Syndicat Mixte de la Montagne Ardéchoise (SMA)
    Le syndicat mixte de la Montagne Ardéchoise (SMA) a pour objet de contribuer à toutes actions propres à assurer le développement économique, local et touristique de la montagne ardéchoise, plus particulièrement dans le domaine des activités sportives de pleine nature et de la mise en valeur du patrimoine naturel et bâti.
    Le syndicat regroupe 35 communes de la montagne ardèchoise.
    Il a pour mission la gestion des sites nordiques de la montagne ardéchoise et du centre VTT de la Montagne Ardéchoise (labellisé FFC). Il gère et entretient l’ensemble des itinéraires de randonnées sur les communes qui lui ont confié la mission. Il travaille à la structuration des acteurs et de l’offre touristique de la Montagne Ardéchoise, à l’animation et à la promotion de la montagne ardéchoise en toutes saisons (évènementiels sportifs). Il a pour rôle la constitution d’un Pôle « Nordic Sports nature » visant à développer les activités sportives de sports de nature toute l’année dans l’objectif de favoriser la pratique des activités nordiques et le ski de fond en particulier. Il assure la promotion des sites dont il a la gestion : il gère et anime la Ferme de Bourlatier et le site du Mont Gerbier de Jonc, la station de ski de la Croix de Bauzon, de la Chavade et le site de la vestide du Pal.
    [www.la-montagne-ardechoise.com->www.la-montagne-ardechoise.com]
  • Syndicat Intercommunal de Destruction des Ordures Ménagères du Secteur d’Aubenas (SIDOMSA)
    Le SIDOMSA dispose des compétences suivantes :
    • Le traitement des déchets ménagers par évacuation vers une Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux (ISDND) dans la vallée du Rhône.
    • La gestion de la collecte sélective en apport volontaire (verre, papiers/journaux/magazines et déchetteries).
    • Le tri/conditionnement/recyclage des emballages issus de la collecte sélective en porte à porte (contrat Eco-Emballages).
    • La valorisation matière des déchets verts (plateforme de compostage).
    • La communication/sensibilisation à la gestion des déchets.
    [www.sidomsa.net->www.sidomsa.net]
  • Le Syndicat Intercommunal Agence de GEstion et de Développement Informatique (AGEDI)
    Le syndicat AGEDI a pour objet de mutualiser les coûts liés à l’informatisation. Il conçoit, développe des logiciels simples, modernes et performants, dédiés aux communes, intercommunalités, maisons de retraite et autres établissements publics…
    [www.agedi.fr->www.agedi.fr]

La commune est également membre de :

  • L’Association des Maires de France
    Conseil et aide à la décision pour les communes, suivi pour les communes de l’actualité législative et réglementaire des collectivités.
    [www.amf.asso.fr->www.amf.asso.fr]
  • L’Association des Maires ruraux de France
    L’Association des Maires Ruraux de France fédère, informe et représente les maires des communes de moins de 3 500 habitants partout en France.
    [www.amrf.fr->www.amrf.fr]
  • L’association des communes forestières d’Ardèche
    L’association regroupe des communes, des collectivités et leurs groupements ayant sur leur territoire une forêt publique, et plus largement des collectivités intéressées par l’espace forestier et la filière forêt-bois. Elle a pour objectifs : d’améliorer, de développer et de valoriser le patrimoine forestier des collectivités pour promouvoir une gestion durable multifonctionnelle et placer la forêt au cœur du développement local.
  • Le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Ardèche
    Le CAUE conseille les particuliers qui ont un projet de construction, d’agrandissement ou de rénovation, quelle que soit la nature du bâtiment. Cela peut concerner une maison individuelle, un immeuble d’habitation, un hangar agricole, un bâtiment artisanal ou industriel. 12 permanences se tiennent chaque mois en mairie, sur l’ensemble du département.
    Cette mission est gratuite.
    [www2.archi.fr/CAUE07/->www2.archi.fr/CAUE07/]